Éditions de la Caravelle

Réseaux sociaux

Soyez les premiers informés

6 rue du Four
25170 Burgille, France

contact@editionsdelacaravelle.com

© 2017-2019 par Éditions de la Caravelle

Notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram

Amélie Preve

   Originaire de Franche-Comté, Amélie Preve s'est toujours intéressée au monde du livre, sous tous ses aspects. 


   Sa maman lui a transmis, dès son plus jeune âge, sa passion pour la lecture et, très vite,  elle s'est laissée prendre au jeu. C’est tout naturellement que, par la suite,  Amélie s'est dirigée  vers l’écriture, à certains moments un peu compliqués de sa vie. Ce passe-temps occasionnel s'est petit à petit transformé en véritable passion.


 Après une première tentative de roman avortée par manque d'expérience, elle se lance réellement dans l’écriture à son arrivée à l’université.

   En février 2016, son premier roman Contre-Nature, parait en format broché. C’est désormais au tour de Danse avec moi de voir le jour aux Editions de la Caravelle.

Interview

1) Pourrais-tu nous présenter ton parcours en tant qu’auteur ? 
D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé lire, et c’est donc naturellement que j’ai commencé à griffonner quelques mots très jeunes. Vers quatorze ans, j’ai commencé mon premier « gros » projet, Contre-Nature, mais ce n’est qu’arrivée à la fac que je l’ai réellement poursuivi. Après sa publication en février 2016, je me suis lancée dans l’écriture de Danse avec moi, paru aux Éditions de la Caravelle en mars 2018.


2) Peux-tu nous parler de Danse avec moi en quelques mots ?
Danse avec moi raconte l’histoire d’une jeune femme qui, afin d’échapper à son quotidien empli de violence, va renouer avec son ancienne passion qu’est la danse. On y trouve à la fois de la romance, du suspense, et l’univers du cabaret.


3) Tu abordes le thème des violences conjugales, est-ce un sujet important pour toi ?
Effectivement, c’est un thème qui me tient particulièrement à cœur, parce qu’il a malheureusement touché quelqu’un d’important pour moi, et fait partie de ma vie lorsque j’étais enfant. J’ai voulu cibler le côté psychologique, ainsi que le cheminement pour essayer de se reconstruire, même si le propos n’est pas uniquement là.


4) De quoi t’es-tu inspiré pour écrire cette histoire ?
J’ai choisi d’adoucir un peu ce contexte de violences en abordant un autre thème qui me plaisait : celui de la danse. J’en ai fait pendant plusieurs années et j’ai eu la chance de découvrir un peu l’univers du cabaret qui m’a tout de suite plu. C’était donc naturel pour moi de l’intégrer à l’un de mes romans. Ce n’était pas forcément prévu pour celui-là, mais ça s’est fait tout seul.


5) As-tu d’autres projets en cours ou à venir ?
Je suis actuellement en train de travailler sur une trilogie de Fantasy, attaquée il y a déjà plus de deux ans, et dont la moitié est écrite environ, mais j’ai désormais beaucoup moins de temps à y consacrer, et je ne sais pas quand j’arriverai à poser le point final. J’ai également un thriller fantastique qui semble se profiler, inspiré d’une nouvelle écrite pour un concours, ainsi qu’un recueil de nouvelles sur le thème animal. Beaucoup trop de projets pour si peu de temps, mais je promets de m’y remettre rapidement ! 


6) Tu sembles vouloir explorer de nombreux genres, pourquoi ?
Je pense que le fait que je lise de tous les genres (sauf horreur et très peu de science-fiction) entraîne forcément mon intérêt sur tout à la fois. Là où certains se spécialisent dans un genre parce qu’ils ont trouvé leur voie, j’aime découvrir tous les genres et les histoires se présentent d’elles-mêmes sans que je cherche à les catégoriser. Dans tous les cas, cela me permet d’explorer plein de possibilités, d’univers, et de découvrir à chaque fois de nouveaux codes, et c’est ce qui me plait.


7) Que représente l’écriture pour toi ?
Bien plus qu’un simple loisir, même si je n’ai plus autant de temps à y accorder qu’avant. C’est avant tout une passion, un plaisir, une échappatoire, parfois une bouée de sauvetage.

Portrait chinois

Si j’étais un animal, je serais un chat, sans aucun doute ! Je suis une grosse dormeuse, un chouïa caractérielle, avec un petit grain de folie ! Le cliché de l’auteur à chats, mais je plaide coupable !

Si j’étais une saison, je serais l’automne. J’aime ses couleurs, allant du vif au terne, mais chaudes à la fois. Et son temps variable et bien souvent imprévisible.

Si j’étais une devise, je serais « le gras, c’est la vie ». Oui, je suis une fan de Kaamelott, et une bonne vivante, cette phrase m’a toujours fait beaucoup rire.

Si j’étais un des quatre éléments, je serais le feu. Je prends tout très à cœur et ai tendance à me montrer impulsive.

Si j’étais un genre littéraire, je serais le Fantasy. Un genre où on peut tout inventer, tout créer, qui offre une grande liberté, et qui correspond bien à la grande rêveuse que je suis.

Si j’étais un livre, je serais un livre dont on est le héros. J’adore cette idée que chacune de nos décisions impacte sur la suite de l’histoire. On est acteur, pas seulement spectateur. J’ai déjà eu l’occasion d’en lire quelques-uns et j’ai vraiment adoré le principe !

Si j’étais un film, je serais Raiponce. Non pas pour la looongue chevelure, mais juste parce j’aime le message autour des rêves à réaliser, et surtout, parce que se battre avec une poêle à frire, c’est la classe :D

Si j’étais un personnage de fiction, je serais Arwenn du Seigneur des Anneaux ( Non non, ce n’est pas juste pour pouvoir me marier avec le bel Aragorn, du tout !)

Si j’étais un super pouvoir, je serais la chronokinésie (soit manipuler le temps). J’aimerais être capable d’arrêter le temps ou de le ralentir pour pouvoir me consacrer à toutes ces passions que je suis obligée de laisser de côté.

Si j’étais une créature imaginaire, je serais une licorne. J’aime les licornes. La pureté de leur blanc immaculé, leur sagesse, et leur élégance.